Imprimer

Partager

#LeParisien200000 : Un projet ambitieux de refondation pour construire l’avenir du Parisien et accélérer sa transformation numérique

Ce mardi matin, lors d’un Comité Social & Economique extraordinaire, la Direction du Parisien a présenté un projet d’avenir : #LeParisien200000. Il doit accélérer la transition digitale du Parisien ainsi que la reconquête de son leadership de grand média national et local. Il vise 200.000 abonnés numériques d’ici 5 ans.

Le Parisien est un grand journal populaire de qualité, puissant et respecté. Pour le préserver, le moment est venu d’écrire une nouvelle page de son histoire. Son modèle économique actuel le rend trop dépendant de la vente au numéro. Il subit également les effets de la crise du covid-19 ainsi que des difficultés de Presstalis.

Pour faire face à la baisse du papier et conquérir de nouveaux acheteurs, Le Parisien doit poursuivre l’adaptation de son offre éditoriale aux nouveaux modes de consommation de l’information. Pour surmonter la dégradation de sa situation économique et ne pas empêcher tout investissement indispensable, en particulier dans le digital, il doit adapter ses charges à la baisse des ventes du papier. Enfin, pour accompagner ce nouveau projet, une réorganisation sera nécessaire, mais sans départs contraints (ni plan social, ni licenciements secs).

La refondation éditoriale du Parisien, pilotée par Stéphane ALBOUY, Directeur des rédactions, et son équipe, engage tous les services du journal.

Ce projet repose sur un socle de valeurs intangibles : une identité transpartisane de quotidien national et local, une proximité avec les préoccupations des Français et une capacité à détecter les sujets qui émergent dans la société.

L’offre éditoriale du Parisien est repensée autour de quatre priorités :

  • Donner une plus grande résonance à L’INFORMATION LOCALE, sur le numérique et dans un cahier unifié (‘‘Le Grand Parisien’’). Tous les départements franciliens et l’Oise continueront d’être couverts.

Chaque jour, à l’instar du cahier national, un ‘‘Fait du jour’’ ouvrira le cahier local afin de détecter les signaux faibles et de les porter au niveau national.

Une attention accrue sera portée aux évolutions du Grand Paris et à leur impact sur la vie quotidienne de ses habitants. Avec 7 millions de Franciliens directement concernés, c’est en effet la plus grande intercommunalité du pays. De plus, les Jeux Olympiques de 2024 ouvrent de nouvelles perspectives dont les enjeux (institutionnels, économiques, sociaux, environnementaux, culturels…) concernent toute la région.

Le Parisien développera aussi des traitements thématiques avec la création de deux nouvelles cellules transverses : ‘‘Police/Justice’’ et ‘‘Portraits’’ pour mettre en lumière des personnes connues ou inconnues. Ces cellules s’inspireront de l’expérience réussie de celles récemment créées (‘‘Enquêtes Ile-de-France’’ et ‘‘Immobilier’’). Plusieurs journalistes de nos éditions départementales les avaient rejointes pour apporter leur connaissance du tissu local.

  • Développer LE RECIT et LE REPORTAGE, des registres propices à l’immersion du lecteur et à la profondeur des sujets traités.

Un nouveau service (‘‘Récits’’) sera dédié aux longs formats nationaux. Ses journalistes venus des services locaux comme nationaux formeront une force qui apportera plus de réactivité et d’approfondissement sur les grands événements que connaît notre pays.

  • Animer UN DEBAT PUBLIC de qualité et populaire en s’ouvrant à tous les points de vue et en y associant les Français.

Un carnet de contributeurs réguliers sera constitué de personnalités reconnues comme de voix qui émergent de tous les horizons de la société française (politique, économie, social, banlieues, culture, santé…). De nombreuses plumes incarnant la parité et la diversité rejoindront cette nouvelle agora animée par Le Parisien.

Ces points de vue s’exprimeront dans une rubrique appelée ‘‘C’est leur avis’’, présente dans le papier et sur le numérique. La plateforme de dialogue avec les lecteurs (‘‘Le Labo’’) sera mise à contribution pour engager la conversation avec les 20 millions de Français qui se connectent chaque mois au site du Parisien.

  • Explorer de NOUVEAUX TERRITOIRES.

Enfin, Le Parisien souhaite fédérer des communautés de lecteurs, notamment les jeunes et les femmes, autour de thématiques plus personnelles qui sont aussi des sujets de société.

Portées par des journalistes experts, cinq verticales seront créées : le féminisme avec la rubrique ‘‘SentinElle’’, le bien manger, la science, la tech et l’intime.

Pour accompagner ce projet, une réorganisation est nécessaire, sans départ contraints et avec un accompagnement personnalisé.

D’un côté, des opportunités de mobilité interne se présenteront pour les collaborateurs. De même que des postes seront créés pour les nouvelles thématiques et les nouveaux formats.

Par ailleurs, il est envisagé le départ de 30 personnes sur 435 journalistes au sein de la rédaction.

La Direction du Parisien s’engage à privilégier la voie du dialogue social et de la co-responsabilité avec les organisations représentatives du personnel.

C’est dans cet esprit qu’elle proposera la négociation d’un accord de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences pour se doter d’outils favorisant l’évolution des compétences et l’adaptation des effectifs, avec notamment :

  • Des mesures d’aides à la mobilité : des perspectives étudiées pour chacun ; des propositions de mobilité ; de la formation pour favoriser les changements.
  • Un volet « Transition Emploi Retraite » permettant, sur la base du volontariat, aux collaborateurs proches de la retraite de partir de façon anticipée dans des conditions financières sécurisées.
  • Un volet ‘‘Congé Mobilité » permettant, là aussi sur la base du volontariat, aux collaborateurs occupant actuellement un poste en transformation, un accompagnement pour développer un nouveau projet professionnel (reconversion, création d’entreprise…).

En résumé, ce projet de refondation permet de doter Le Parisien des moyens humains, techniques et économiques qui le rendront plus fort, moins vulnérable aux mutations qui secouent la presse depuis de longues années. Il s’agit de puiser dans son histoire pour en tirer le meilleur et le projeter résolument dans l’avenir, en jouant sur ses atouts tout en compensant ses faiblesses. Pour construire l’avenir d’un grand média national et local.