Imprimer

Partager

Matthieu Mégevand, lauréat de la 7ème édition du Prix littéraire Grands Destins du Parisien Week-End

Un prix pour des épopées hors du commun !

Artistes, comédiens, muses, figures politiques, ils inspirent les écrivains. Avec son Prix littéraire, Le Parisien Week-End récompense les auteurs qui ont su raconter ces grands destins. En lice, huit ouvrages publiés depuis moins d’un an, retraçant le parcours de personnalités ayant marqué leur époque. Ce jeudi 17 octobre, le Prix Grands Destins a été remis à :

 « Lautrec », de Matthieu Mégevand

Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901), la légende de Montmartre, le peintre du Moulin Rouge, du Mirliton, celui qui immortalise Bruant, La Goulue, Jane Avril. Mais c’est aussi un petit homme foutraque, issu d’une famille de la haute noblesse de province, atteint d’une maladie génétique qui fragilise ses os et interrompt sa croissance. Fasciné par les cabarets, les bals, les bistrots, les théâtres et les prostituées, il peindra des hommes et des femmes toute sa vie, négligeant le paysage et la nature morte. Alcoolique, rongé par la syphilis, il meurt à trente-six ans en laissant une œuvre foisonnante et inclassable. En mettant en scène l’obsession d’Henri de Toulouse-Lautrec pour la peinture, celle qui montre les êtres humains dans ce qu’ils ont de plus brut et de plus vivant, Matthieu Mégevand s’éloigne des représentations habituelles pour dresser le portrait de l’artiste en voyant et de l’homme en possédé.

Flammarion, 192 p., 17€.

Depuis 2013, le magazine récompense des ouvrages au souffle romanesque puissant, faisant revivre à ses lecteurs des destinées hors du commun : un grand bandit en 2013 (Sulak, de Philippe Jaenada), Buffalo Bill en 2014 (Tristesse de la terre, d’Eric Vuillard), un poète résistant en 2015 (Le Voyant, de Jérôme Garcin), un gamin de banlieue devenu chanteur en 2016 (Ma part de Gaulois, de Magyd Cherfi), Gabriële Buffet, l’épouse de Francis Picabia (Gabriële, de Claire et Anne Berest), et l’an dernier, le peintre Le Tintoret (Concours pour le Paradis de Clélia Renucci).

Le Prix Grands Destins du Parisien Week-end a été remis ce jeudi 17 octobre par la marraine du prix, la journaliste Anne-Elisabeth Lemoine, au Moulin de la Galette.

×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer des services ou des offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus...